Yucatán

yucatan

Plages Caraïbes et couleurs mexicaines

Cette région du Mexique offre certainement le plus beau concentré du Mexique, mélange de sites précolombiens, de cités coloniales et de plages de sable blanc sur fond turquoise…

On pourrait affirmer sans se tromper que le Yucatán, c’est les plus belles plages de la mer des Caraïbes, la culture en prime. Ou plutôt, la civilisation, car c’est bien la civilisation Maya qui a marqué l’identité de cette région, étendant son influence jusqu’à la côte Pacifique et aux territoires frontaliers du Guatémala et du Bélize.

On aura donc à cœur de goûter les joies simples des activités nautiques offertes par la côte de Cancún, qui s’étendent aussi à la nage en compagnie des dauphins ou des tortues, ou à la baignade dans les eaux cristallines des cénotes, ces cavités naturelles formées dans le sous sol calcaire de la péninsule, et déjà source d’alimentation en eaux pour les anciens Mayas (voire aussi de sites pour sacrifices humains… brrr !).

Ces excursions seront sans nul doute proposées lors de votre séjour au Club de Cancun, dont certaines incontournables comme la traversée en catamaran pour Isla Mujeres (prévoir une journée).

yucatan_2
Outre les visites des grands sites qui font l’objet d’une extension dans votre programme – incontournable si l’on va dans cette région du Mexique ! -, la péninsule du Yucatán offre bien d’autres atouts, tant sur le plan humain que naturel. Les grandes villes n’y sont pas nombreuses, mais le charme des petites cités donne déjà une bonne idée de l’atmosphère des cités coloniales typiques de tout le Mexique : une place centrale avec son zocalo, généralement face à une église baroque, et des constructions ouvragées et colorées, aux plafonds élevées et aux fenêtres ornées de fers forgés. En chemin, de nombreuses haciendas, ces anciens domaines agricoles et artisanaux symboliques de cette région du Mexique, ont rouvert leurs portes, pour des visites culturelles, ou restaurées en maisons d’hôtes de charme.Mérida est de celles-ci, avec –tout de même- pas loin de 800 000 habitants. Elle est la capitale de l’état du Yucatan, tourné vers le Golfe du Mexique, Cancun faisant partie de l’état de Quintana Roo, tourné lui vers les Caraïbes et la Riviera Maya.

Mérida est aussi l’occasion de faire provision de hamacs, la spécialité de la région à ramener pour vos moments de farniente ou pour donner un petit air exotique à la réception du camping !

Campeche, sur la côte occidentale, fait aussi partie de ces villes dépaysantes, point de départ pour une échappée en bateau dans la réserve naturelle de Petenes – Ria Celestun, riche d’une incroyable faune avicole.

La vocation au respect des sites naturels est aussi l’un des éléments essentiels de la presqu’île du Yucatán, avec plusieurs autres réserves proches de Cancún et Tulum. C’est de ce lieu tellement symbolique que vous remonterez, accompagné des grands pélicans bruns, vers Playa Del Carmen, devenue peu à peu à la Riviera Maya ce qu’Ibiza est aux îles Baléares.

Pyramides et serpents à plumes

Quatre millénaires. La civilisation Maya s’est développée, jusqu’à son déclin pour des raisons semble-t-il tant écologiques que politiques avant la conquête espagnole, bien avant les Aztèques, qui régnaient dans la région de Mexico.

La péninsule du Yucatán est au cœur de la civilisation Maya, même si celle-ci a laissé quelques uns de ses plus fantastiques sites plus au Sud à Palenque, ainsi que dans la jungle du Péten au Guatemala avec Tikal et Coban.

Mais les visites d’Uxmal et de Chichen Itza qui vous sont proposées méritent à elles seules le voyages. Ces sites exceptionnels témoignent de l’extraordinaire maîtrise par les Mayas de l’astronomie et de l’architecture, avec observatoire, palais, aire de jeux et, surtout, pyramide, qui constitue un pèlerinage pour les actuels descendants des Mayas (on parle encore cette langue dans les campagnes) et les passionnés d’astronomie, à chaque équinoxe, quand le soleil anime l’ombre des marches de la grande pyramide (el Castillo) pour faire descendre le serpent à plumes Kukulkan jusqu’à la Terre…